Ultimheat.com — Musée du Chauffage

Visitez notre WebApp cliquer ici

François-René Curaudau

Fourneaux, Poêles

1805

  Paris

Transcription

Pour le chauffage de grands locaux, il a inventé un poêle ventilateur, qui rappelle les « fourneaux souterrains des anciens Romains qui portaient la chaleur dans toutes les parties de leurs habitations ». Il est installé déjà dans les manufactures de drap de Ternaux et Le Piéton à Louviers, dans celle de porcelaine de Naste à Paris, et à l'Imprimerie impériale.Curaudau offre également une cheminée économique. « Séparer entièrement le foyer où se fait la combustion du tuyau qui sert à concentrer le calorique, en ayant soin de donner aux parois du foyer l'inclinaison la plus propre à réfléchir la chaleur rayonnante et à diriger les gaz dans un tuyau central ; porter dans le système des tuyaux de tôle la facilité de l'emboîtement et la distribution nécessaire pour retenir toute la chaleur et la transmettre promptement ; maintenir la forme ordinaire des cheminées, tel est le but de celle que l'auteur place dans une cheminée de maçonnerie derrière une glace, après en avoir recouvert le parquet d'un tissu. Par cette disposition, l'air, qui se trouve échauffé dans le vide que la glace recouvre, est continuellement déplacé et renouvelé. Tous ses appareils n'exigeant que de la tôle, le prix de cette cheminée n'est que de 250 fr lorsqu'elle est simple et 300 fr lorsqu'elle est complète ».Les fourneaux maintenant. Curaudau en a réalisé plusieurs: Un fourneau de cuisine destiné à économiser le combustible, dont le petit modèle, avec son cylindre à rôtir et ses deux marmites, se vend 275 fr, le grand modèle avec rôtissoire 350 fr, et lorsqu'on y réunit les deux marmites qui peuvent chacune servir à faire cuire 12 et 14 kg de boeuf », 450 fr 14 ; un fourneau potager à plusieurs foyers, qui procure de telles économies qu'avec 75 centimes de combustible on peut préparer à dîner pour quinze à vingt personnes et dont le prix va de 300 fr à 900 selon le nombre et la nature des récipients de cuisson; un fourneau dessicateur, infiniment préférable au four et même au soleil pour dessécher les fruits et qui fait passer progressivement de 15-20° à 45 la température d'une pièce étuve de 2,60 m de haut et autant de mètres carrés; un nouveau fourneau d'évaporation qui économise près d'un quart de combustible et « opère une combustion sans aucune apparence de fuliginosité» on en a fait « une heureuse application aux arts, à la salubrité de l'air et à l'économie du bois. Par lui, cette opération de l'hongroyeur qui a pour objet la mise des cuirs en suif n'a plus ses graves inconvénients qui si fréquemment causaient l'asphyxie des ouvriers » La dernière invention dans ce domaine de notre pharmacien devenu industriel est un four portatif. Quoique « particulièrement destiné pour le service des armées de terre et de mer », il peut être adopté pour l'usage domestique, car il procure une économie de combustible qu'on peut, « sans rien exagérer, fixer à moitié de celle des fours ordinaires »