Ultimheat.com — Musée du Chauffage

Visitez notre WebApp cliquer ici

Paul Descroizilles

Calorifère

1849

  Paris.

19 boulevard Poissonnière

Transcription

Calorifère qu'il désigne sous le nom de calorifère à ogives, et qui offre le mérite de présenter une très-grande étendue de surface de chauffe dans un faible volume, et sans que l'air brûlé ait à parcourir une longue étendue de tuyaux avant de parvenir à la cheminée. Il obtient ce résultat en plaçant verticalement, dans des canaux qui servent à la circulation de l'air brûlé, des boites rectangulaires aplaties, dans l'intérieur desquelles arrive l'air destiné au chauffage et à la ventilation de l'appartement. On comprend qu'on peut multiplier ainsi les surfaces de chauffe sans augmenter la longueur des canaux de circulation de l'air brûlé, et sans diminuer, par conséquent, le tirage du foyer. La forme des surfaces des caisses ou ogives rend, du reste, facile le nettoyage de l'appareil.-M. Descroizilles a présenté aussi un nouveau fourneau de cuisine qu'il appelle fourneau mosaïque, et dont un des principaux avantages est d'être formé de pièces qu'on trouve facilement à remplacer, attendu que les tables de ces fourneaux présentent tous les mêmes modèles, dans les mêmes formes et dimensions, quelle que soit la grandeur du fourneau. La division de la table en un certain nombre de pièces, indépendantes les unes des autres, présente aussi cet avantage de rendre moins sensibles les effets de la dilatation.Cité dans : Rapport du Jury Central sur les Produits de l’industrie Française exposés en 1849